mercredi 12 octobre 2016

INTERVIEW | SONIC SYNDICATE English version


INTERVIEW SONIC SYNDICATE
Interview with founding member and guitarist
Robin Sjunnesson

Sonic Syndicate was formed in 2005 by guitarist and founding member Robin Sjunnesson, who at the time was just sixteen years old. Later that year the band released their debut album on a small independent US label, to be followed by their sophomore release “Only Inhuman” via Nuclear Blast Records in 2007. The band started to gain worldwide recognition and toured relentlessly, hitting the road with Nightwish, In Flames and Soilwork amongst others. This resulted in them scooping Best Newcomer at both the Swedish Metal Awards and Bandit Rock Awards2008 in Stockholm, Sweden. In 2009 the band ran into a little turbulence and swiftly introduced they had a new singer by the name of Nathan J Biggs. Without delay the band jumped into the studio and recorded a new single “Burn this city” which was released a few months later. The band continued their winning streak, grabbing them Best Music Video and Best Swedish Group awards in 2010 (SWE). Their next album “We Rule the Night” (2011) was accompanied by an elaborate worldwide marketing campaign which resulted in first single “Revolution, Baby!” and also the album selling Gold in Sweden. During this time Robin and Nathan formed an inseparable bond and shared the same vision of where they wanted to be in music. Although having enjoyed the journey so far they knew unless they fought to express themselves, Sonic Syndicate would always remain in the shadow of the aforementioned bands. This action lead to an extended break and ultimately a complete line-up change except for Nathan and Robin, who went on to record their self titled album “Sonic Syndicate” (2014) their last nod to heavy metal and final release under Nuclear Blast Records. Touring bass player Michel Barzien was initiated as a full-member and the trio set their minds to creating a new sound and vowed to write only from the heart. The band signed a deal with Despotz Records and went directly in the studio to begin writing and demoing tracks. In late June, 2016 the band entered Purple Skull Music to record their new album “CONFESSIONS” with producer Kritoffer Folin, the new album is set to be the bands most diverse and unique work to date.

Sonic Syndicate are:
Nathan J. Biggs
Robin Sjunnesson
Michel Bärzén

Hi guys, no time no see. After five albums, you are finally and officially back on track and under a new label, Despotz Records after a while under the colors of Nuclear Blast. How have you been lately ? How did you experienced this 'divorce' ? Are you actually relieved to be able to go back to your real selves just like fake 'rookies' ?

At first it felt pretty naked to not be under the same label as we’ve been for all the years. In the beginning of our time with Nuclear, we had a great vision of everything revolving the band but that quickly changed as soon as our A&R Agent quit the music business. It didn’t feel the same as before and I guess that now in retrospect – it feels great that we left since Despotz Records signed us for the true belief in the band. They knew we wanted to break out of wherever we were and write something completely different. They believed in us, and both the band and Despotz are super happy for teaming up for the “CONFESSIONS” album.


Sonic Syndicate is a lot about family and friendship if we consider the former and current members. Do you think it might explain why your fans are so loyal and the band so close to its followers ? Like a kind of big family.

I think it does. The fans that’s been coming out for the past couple of shows we’ve done now, since the “new start”, are fans that’s been coming out since the beginning. They all say one thing now though “You all look much more happier on stage” and that’s very true. The chemistry in the band as never been better then it is now. We are honest and open with each other and everybody wants to go the same way. That’s like the main key to keep a band going.


Let's talk about your passage in Japan. The band as it used to be has always been pretty famous in Japan. How did the Japanese metal fans welcome you as the new SOSY ? Were they receptive to the new things you had to offer ?

Japan was awesome, as always! We haven’t been there since the We Rule the Night tour and that’s a couple of years back. It felt great coming there again and playing the new stuff. They loved it! I guess the new album must have leaked over there since a lot of people already were singing along to the new songs. It’s great to see how the new material is being really well received.


Besides, you toured in the past with big names but you also enjoyed your own tours as well. Are you not nervous to be a 'guest' for AMARANTHE during the upcoming european tour, lest you be in the shadow of the melodic death metal band ?
We’re really looking forward to this tour. Not only is it with our friends in Amaranthe, we’re also hitting cities we’ve never been before like Lyon and coming back to Marseille and Paris which also has been yeeeeears since last time. Amaranthe is a very melodic band and I see this mix with us, them and the openers Smash Into Pieces being a great package. I think that we all have some fans in common since we all care about the melodies in first hand, so we’re really looking forward to that tour!


SOSY never ceased to evolve and change its members line-up as well. How do you find the necessary artistic harmony ? Have you ever faced dichotomy in your musical visions, do you always and eventually end up being on the same line ?

One thing that we’ve made sure from the start is that we never want to repeat ourselves. I mean sure, it works great for bands like AC/DC and IRON MAIDEN and stuff like that if you’re into it, but Sonic would be boring if the same stuff was released album after album. We see every new album as an experiment and a challenge, and we go all-in on it. This time it was more about to write whatever we felt, whatever were on our finger tips. This album was really written from the heart, so it’s not a shocker that everybody in the band really loves this new album and looking forward to release it.


Going back to your newest projects. In the latest posts on your social media, you allude to the singular and different style the new album displays. The refreshing 'Start a War' has just surprised us with its uncommon beat. Could you tell us more about the musical genres, styles it explores ? Considering the confessional tone of the track, can we expect more clear vocals ? Why did you decide to explore another musical universe on this new album ?

As I said before, every album is an experiment for us and we try our best to make it sound different from our previous releases. “Start a War” was a perfect first single for this album since it’s showing a lot of the different elements we’ve used on this album. I hate it when people wants to put bands in different genres, I think it’s kind of bad for the band since they have this pressure of feeling the need to back a new album up with the same style as they did on their last. To simplify it all, I would like to say that “CONFESSIONS” is a genuine Rock album with a modern twist. We got our heavy drums, we got the distorted guitars and open-air vocals mixed in with some interesting electronics. We wrote this from the heart, that’s why this album feels so real for us.


Between the band's eponym's album and 'Confessions', many things happened. When have you especially been inspired to compose your new music ? Before or after your split with Nuclear ? Have some tracks' inspiration come out of old material you've been hiding for so long ?

We always write music, whether we on tour, on a flight or just locked into our own studio. The interesting part this time was that we had almost a full album worth of material when Nuclear Blast decided to let us go. So after a time of thinking, we decided to scratch it all and start from the beginning. That was probably for the best because we wrote our most diverse and unique material up to date. We just wrote whatever we wanted, you know. So in the end I guess that being let go released a lot of pressure.

I think we kept like one or two riffs from the previous writing session, but most of it was written during the start of this year.

Many metal bands' members often allude to the difficulty for musicians to make ends meet and still live a decent life. For instance, Björgvin Sigurðsson – guitarist singer for SKÁLMÖLD – honestly revealed that all the band's members could not live from their art and have to get another job (other than musician). What about you guys ?

That can be true, but it could also mean that they’re not touring enough. Touring is where the money is for bands. The best way to support a band is by coming out to the shows and buy the merchandise. If a band doesn’t tour, there’s no income. No one makes money on the album-sells anymore, it’s a new time and a new era where platforms like Spotify and Deezer rule the music scene. We think those platforms are great since it’s reaching out to a broader audience and is so easy to get to. Since we’re decided that we want to do the band on full time again like before, we will be able to tour a lot. Before this, we’ve all been having jobs but still in the music/concert business.

A pre-tour word for your fans all around Europe ?

SONICSYNDICATE are back and this time for real. We’re going at this with full speed and on full time. Our plans are to tour the world as soon as new album “CONFESSIONS” is out worldwide and we can’t wait to see all our fans and friends again.

See you in Paris !

(c) October 2016 for VerdamMnis






INTERVIEW | SONIC SYNDICATE French version

SONIC SYNDICATE
Interview avec le membre fondateur et actuel guitariste Robin Sjunnesson

SONIC SYNDICATE voit le jour en 2005 grace au guitariste et membre fondateur Robin Sjunnesson qui, à l'époque, n'a tout juste que seize ans. La même année, le groupe sort son premier album sous l'égide d'un petit label américain indépendant, puis un deuxième album Only Inhuman sous Nuclear Blast Records en 2007. Le groupe commence alors à se faire tout doucement un nom dans le monde du metal et entame des tournées aux côtés de NIGHTWISH, IN FLAMES, SOILWORK entre autres. SONIC SYNDICATE est sacré Best Newcomer à la fois aux Swedish Metal Awards et Bandit Rock Awards à Stockholm, en Suède. En 2009, le groupe fait face à un certain nombre de turbulences et accueille un nouveau chanteur, le britannique Nathan J. Biggs. Sans tarder, le groupe se rend en studio et enregistre le nouveau single Burn this city, révélé au public quelques mois plus tard. Ils poursuivent alors leur série de victoires, remporte le prix du meilleur clip et meilleur groupe suédois de l'année 2010. Leur prochain album We Rule the Night (2011) est accompagné d'une campagne marketing élaborée notamment à travers la promotion de Revolution, Baby!. Il est sacré Disque d'Or en Suède. Pendant ce temps, Robin et Nathan forment un duo inséparable et partagent la même vision de la musique. Bien qu'ayant apprécié le voyage jusqu'à présent, ils restent conscients que SONIC SYNDICATE restera toujours dans l'ombre des grands groupes de la scène metal. Une pause prolongée est inévitable et conduit, finalement, à un changement complet de line-up (excepté pour Nathan et Robin). Le nouveau SONIC sort un album éponyme Sonic Syndicate en 2014 qui signe également leur dernier clin d'œil à des sonorités metal lourdes signées Nuclear Blast Records. Le bassiste de la tournée, Michel Bärzén, est officiellement promu membre du groupe à part entière et le trio met les voiles sur un nouvel avenir et la création d'un nouveau SONIC, plus proche de leurs véritables aspirations. Suite aux déboires avec Nuclear Blast, le groupe signe avec Despotz records qui leur offre, d'emblée le studio afin d'y écrire et enregistrer quelques démos. Fin juin 2016, le groupe entre au studio Purple Skull Music et y enregistre leur nouvel album Confessions sous la direction du producteur Kritoffer Folin. Un nouvel album aux finitions plus diversifiées et probablement le plus unique de SONIC SYNDICATE à ce jour.


Salut les gars, long time no see. Après cinq albums, vous êtes enfin officiellement de retour. Le tout sous un nouveau label, Despotz. Comment allez-vous depuis tout ce temps? Comment avez-vous vécu ce «divorce»?

Au début, on s'est sentis assez esseulés de ne pas être sous l'étiquette du même label qui nous avait chapeauté depuis toutes ces années. Au début de notre aventure avec Nuclear, nous avions de grands projets pour le groupe mais cela a radicalement changé lorsque notre agent A&R (*Dans l’industrie musicale, l'A&R est l'abréviation d'Artists and Repertoire, une sous-division d’un label discographique responsable de la découverte de nouveaux artistes à qui proposer un contrat) a quitté le monde de la musique. A l'époque, on l'avions vécu comme un vide existencial mais je pense, rétrospectivement, qu'il a été une bonne chose de quitter Nuclear et d'intégrer un label comme Despotz Records qui croit réellement en notre groupe. Despotz a d'emblée su que nous voulions briser les chaînes de ce que nous avions l'habitude de proposer et que nous voulions écrire quelque chose de complètement différent. Ils ont véritablement cru en nous et c'est un réèl plaisir à la fois pour le groupe et Despotz de faire équipe dans le cadre du nouvel album Confessions.

SONIC SYNDICATE accorde une importance particulière à la famille et l'amitié, comme nous pouvons notamment le voir à travers les différentes line-ups depuis sa création. Ne serait-ce pas la raison pour laquelle vos fans sont si fidèles et le groupe si proche de son public, même après tant de mois d'inactivité? Comme une sorte de grande famille.

Je pense que c'est le cas. Les fans qui sont venus nous voir aux derniers concerts rendus depuis le «nouveau départ» sont des fans de la première heure. Et tous nous disent la même chose : « Vous paressez beaucoup plus heureux sur scène aujourd'hui», ce qui est tout à fait juste. L'alchimie et l'harmonie entre les membres du groupe n'a jamais été aussi bonne. Nous sommes ouverts d'esprit et honnêtes les uns envers autres et tout le monde veut aller de l'avant dans la même verve. C'est l'élément-clé pour qu'un groupe perdure.

Parlons de votre passage au Japon. Le groupe a toujours été assez célèbre dans le pays. Comment les fans de metal japonais vous ont-ils accueilli en tant que « nouveau » SOSY? Ont-ils été réceptifs aux nouvelles choses que vous aviez à offrir?

Le Japon, c'était génial, comme toujours! Nous n'y étions pas venus depuis la tournée de We Rule The Night, ce qui nous ramène à un paquet d'années en arrière. J'ai adoré y revenir et y jouer de nouveaux sons. Ils ont adoré! Je suppose que le nouvel album devait déjà avoir été leaké en partie, puisqu'un grand nombre de personnes chantaient déjà les nouvelles chansons. Il est formidable de voir à quel point le nouveau son de SONIC est particulièrement bien apprécié du public là-bas.

Par le passé, vous avez tourné aux côtés de grands noms du metal mais aussi apprécié vos propres tournées solos. N'êtes-vous pas nerveux d'être, de nouveau, de simples «invités» de la tournée d'AMARANTHE en Europe. Ne craignez-vous pas de rester dans l'ombre du grand groupe de death metal mélodique?

Nous avons vraiment hâte d'être en tournée. Non seulement nous sommes amis avec AMARANTHE, mais nous allons aussi avoir la possibilité de tourner dans des villes où nous ne sommes jamais allé auparavant comme Lyon ou encore revenir dans des villes telle que Marseille ou Paris, où nous nous sommes rendus, pour la dernière fois, il y a des années ! AMARANTHE exploite des sonorités très mélodiques, nos deux styles sont complémentaires. Il en est de même pour SMASH INTO PIECES. De plus, il me semble que nous avons des fans en commun. Nous sommes si impatients d'être en tournée!

SOSY n'a jamais cessé d'évoluer et de changer sa line-up. Comment trouvez-vous l'harmonie artistique nécessaire? Avez-vous déjà fait face à une dichotomie des visions musicales ou finissez-vous toujours par être sur la même longueur d'onde?

Notre principale préoccupation, depuis toutes ces années, a été de ne jamais se répéter. Ce que je veux dire, c'est que cela a beau très bien fonctionner pour des groupes comme AC/DC ou IRON MAIDEN et si vous êtes à fond sur ce genre de musique, cela ne saurait fonctionner pour SONIC dont le résultat serait ennuyeux si la même substance musicale restait la même album après album. Nous voyons, dès lors, chaque nouvel album comme une expérience et un défi auxquels tout le monde prend part. Cette fois-ci, l'idée a été d'écrire sur tout ce que nous avons ressenti ces derniers temps. Cet album émane vraiment du cœur de chacun des membres de SONIC. Il n'est donc pas étonnant que l'ensemble du groupe aime ce nouvel album.

Toujours au sujet de vos nouveaux projets. Dans les derniers messages postés sur vos réseaux sociaux, vous faites allusion au style singulier et différent du nouvel album. Le tout nouveau single Start a War vient de nous surprendre avec son rythme inhabituel. Pourriez-vous nous en dire plus sur les genres musicaux et les styles que ce Confessions explore? Considérant le ton confessionnel du morceau, pouvons-nous nous attendre à une vocalisation metal plus claire? Pourquoi explorer non plus uniquement un nouveau style de paroles mais aussi un autre univers musical sur ce nouvel album?

Chaque album est, pour nous, une expérience et nous essayons toujours, au mieux, de créer quelque chose de nouveau et différent de nos versions précédentes. Start a War était un premier single parfait pour cet album car il est révélateur des différents éléments que nous avons utilisés sur cet album. Je déteste quand les gens catégorise les groupes en les associant à tel ou tel genre musical. Et, je ne pense pas que cela soit une bonne chose pour les groupes eux-mêmes dans la mesure où cela leur indique, à tort, la nécessité de garder le même style musical album après album. En short, je souhaiterais juste dire que Confessions est un album de pur rock avec une touche moderne. Nous y avons intégré des batteries lourdes, des riffs de guitares saturées et des voix claires mélangé avec un peu d'électronique, le tout sur un fond de paroles qui nous viennent du cœur. Voilà pourquoi cet album nous est si spécial.

Entre l'album éponyme du groupe et Confessions, il s'est passé pas mal de choses. Quand avez-vous été particulièrement inspirés dans la composition de votre nouvel album? Avant ou après votre rupture avec Nuclear? Vous êtes-vous appuyés sur de vieilles démos restées au placard jusque-là ?

Nous sommes, sans cesse, en train d'écrire. En tournée, dans l'avion ou tout simplement enfermés dans notre propre studio. Ironiquement, nous avions déjà presque de quoi faire un album complet lorsque Nuclear Blast a décidé de nous laisser partir. Donc, après un temps de réflexion, nous avons décidé de rayer tout cela et recommencer à zéro. Je pense que cela a été une bonne idée de tout recommencer. Nous avons finalement écrit sur ce dont vous voulions véritablement nous exprimer. Et, d'une certaine façon, cela nous a permis de nous extirper de toute cette pression qui pesait sur nos épaules. Je pense qu'au final, nous avons gardé quelque chose comme un ou deux riffs des anciennes sessions d'écriture, mais la majeure partie de l'abum a été écrite pendant les premiers mois de l'année 2016.

De nombreux membres de groupes de metal font allusion à la difficulté pour les musiciens à joindre les deux bouts et à vivre une vie financièrement décente. Par exemple, Björgvin Sigurðsson - chanteur guitariste de Skálmöld – a récemment révélé que tous les membres du groupe ne pouvaient pas vivre de leur art et que beaucoup ont du se trouver un emploi (autre que musicien. Qu'en est-il de vous les gars?

Effectivement, ça arrive. Mais cela signifie également que le groupe ne tourne pas assez. Les tournées constituent la principale source de revenus des groupes musicaux. La meilleure façon de soutenir un groupe est en se rendant aux concerts et en achetant les articles du merch'. Si un groupe ne tourne pas, il n'y a pas d'argent généré. Plus personne ne se fait d'argent sur les ventes d'albulms seules. Notre époque est marquée par une nouvelle ère où les plates-formes comme Spotify et Deezer dominent la scène musicale. Ces plates-formes sont, cependant, géniales, puisqu'elles permettent d'atteindre un public plus large et ce, plus facilement. De notre côté, nous avons récemment décidé de se consacrer, de nouveau, à 100 % à notre carrière de musicien, ce qui nous permet de tourner davantage. Avant cela, nous avons tous eu des emplois alternatifs, mais toujours dans l'univers de la musique et de l'organisation de concerts.

Un mot pour vos fans européens?

SONIC SYNDICATE est de retour et cette fois, pour de vrai. Nous allons, désormais, consacrer 100% de notre temps à la musique et faire de notre mieux pour organiser une tournée mondiale une fois notre album Confessions révélé au grand public. Nous avons tellement hâte de revoir tous nos fans et nos amis ! Rendez-vous à Paris !

(c) Octobre 2016 pour VerdamMnnis

REVIEW | The Unguided "Lust and Loathing" English version




THE UNGUIDED
"Lust and Loathing"


- 2016 -
Death Metal Mélodique
01. Enraged
02. The Worst Day (Revisited)
03. King Of Clubs
04. Heartseeker
05. Photobs Grip
06. Black Eyed Angel
07. Operation: E.A.E.
08. Boneyard
09. Hate (And Other Triumphs)
10. Mercy (bonus track)
11. Judgment (bonus track)
12. Betrayer Of The Code (live)

As announced in october on their official Youtube channel , the swedish melodic death metal band TheUnguided composed of 3 former members of Sonic Syndicate (The Sjunnesson brothers, Richard andRoger ), Henric Carlsson and Richard Schill finally materialized their album trilogy on which they've beenworking on for nearly 6 years. After the release of Hell Frost in 2011 and Fragile Immortality in 2014, Lustand Loathing punctuates the rise of a band that used to live, in its early days, in the shadow of the formerone that provided its 3 members, Sonic Syndicate. If the latter is still in business, let's say brilliantly, TheUnguided has imposed its own mark in the death metal world remaining faithful to the musical roots ofboth its members and the typical Swedish metal scene.

In October and November 2015, the Swedish posted a series of YouTube vlogs revealing somemouthwatering artistic progress details of the new album making. The album is finally released on February26th, including a release in Japan, fond of the Scandinavians' music. Pre-sales are a success, especially asthey include a CD and a limited edition official tee-shirt. Lust and Loathing begins in media res with a'Enraged' enraged as necessary. If they don't take any risks with this introducing track, they successfullylured the trained ear of metal lovers. With its quite typical swedish metal background, 'Engaged' soundmixes nordic inspirations while leaving a prominent place to the melody. Then here comes 'The Worst Day',probably the best album track and real treasure! Finely crafted, it combines delicious way of pushingsynthetic touches and ultra-low power without neglecting the overpowering vocal accompaniment. If 'Kingsof Clubs ' continues in the same brilliant verve, ' Heartseeker' is the sign of discontinuity in the album that lets us breathe and note how much the album is well structured, breaking possible monotony you can experience here and there while listening to some other metal bands' albums. ' Heartseeker ' is not nervousbut not a full-fledged ballad either, just a tasty mixture of death and melodic. We return to the basics with'Phobos Grip' that increases in power the whole atmosphere. If ' Heartseeker' marked a small bridge in thealbum, 'Black Eyed Angel' is the one that makes the total junction between the first part and the secondpart of Lust and Loathing . Following the smooth beginning, the track then reveals its vocal and atmosphericdynamics. The title may recall 'Green Eyed Demon' Hell Frost yet it turns out to be even stronger. 'Hate (andOther Triumphs)' that follows 'Operation E.A.E.' and 'Boneyard' is a vocal beauty and sounds like the albumballad. The overall quality of the track brings out The Unguided of its usual trails, which is rather pleasing.'Hate' shows us that the Swedes can do much more than produce a few guitar riffs, violent cries and endswith notes to give us goosebumps. 'Mercy'? Do not rely on it, the title is merciless and gets on its nervous bases. This bonus track recalls some reminiscence of Sonic Syndicate's Denied for its energetic drums' rhythm, yet with more violence. After concluding on 'Judgment', another bonus track, the band decided to show all its strengths with a live 'Betrayer of the Code' live version. With the coming live concerts in Sweden, Germany, Poland, Austria, Czech Republic and the Netherlands, they'll be many to see them asone of the best Swedish melodic death metal bands in activity and the future of Swedish metal. In an interview they gave us, Richard wanted to share his impressions of the Lust and Loathing experience from the inside :

The concept have been in the making since The Unguided was just in its infancy more than 5 years ago now. When we formed the band, we had a vision to do a trilogy of albums, and they were to be all connected with a lyrical concept and thematic artworks. “Lust and Loathing” is the climax of that dream of sort and the end of the story. The story itself is really a metaphoric projection of whathappened in my life and musical carrier during a time window of roughly a decade. Mostly inregards to the success of Sonic Syndicate, how it started, how it came to be, and how it ended. It’sall portrayed in the story and characters in the story is vaguely based on human relations duringthis time. It’s a constant fight in what you believe in really, and partly a love story. You can find allthe juicy details in the booklet of the album.

More than just progressing on center stage with a thunderous album, The Unguided deliver a range oftracks that can make nothing but good sound live. As the Swedes wished to mark their territory with a lastpiece of this puzzle trilogy, it seems they actually went further beyond that. Successful bet!

(c) 2016 for VerdamMnis

REVIEW | The Unguided “Lust and Loathing" French version



THE UNGUIDED
" LUST AND LOATHING"

- 2016 -
Death Metal Mélodique
01. Enraged
02. The Worst Day (Revisited)
03. King Of Clubs
04. Heartseeker
05. Photobs Grip
06. Black Eyed Angel
07. Operation: E.A.E.
08. Boneyard
09. Hate (And Other Triumphs)
10. Mercy (bonus track)
11. Judgment (bonus track)
12. Betrayer Of The Code (live)

Alors qu'ils nous l'annonçaient en octobre dernier via leur chaîne YouTube officielle, le groupe de death metal mélodique suédois THE UNGUIDED composé de 3 anciens membres de Sonic Syndicate (Richard Sjunnesson et les frères Richard et Roger Sjunnesson), d'Henric Carlsson et Richard Schill, concrétisent et finalisent enfin leur trilogie d'albums sur laquelle ils travaillent depuis près de 6 ans. Après la sortie de 'Hell Frost' en 2011 et 'Fragile Immortality' en 2014, 'Lust and Loathing' vient ponctuer la montée en puissance d'un groupe qui a vécu, à ses débuts, dans l'ombre de l'ancien groupe qui a fourni 3 de ses membres, Sonic Syndicate. Si ce dernier est toujours en activité, et avec brio, The Unguided a su imposer sa propre griffe dans le monde du death metal tout en restant fidèle aux racines musicales à la fois de ses membres et du metal typiquement suédois.

En octobre et novembre 2015, les Suédois postent une série de Vlogs sur YouTube détaillant l'avancement artistique de la confection de leur album, nous en mettant l'eau à la bouche. L'album sort alors le 26 février, incluant une sortie au Japon, pays friand du groupe scandinave. Les albums en pré-ventes sont un succès, d'autant plus qu'ils incluent un CD en édition limitée et le tee-shirt du groupe. 'Lust and Loathing' commence in media res avec un 'Enraged' enragé comme il le faut. S'ils ne prennent pas de risques sur ce premier morceau introducteur, c'est avec réussite qu'ils appâtent l'oreille avertie du metal addict. Forte de son background bien scandinave, 'Engaged' mélange les inspirations sonores tout en laissant une place prépondérante à la mélodie. S'en suit 'The Worst Day', probablement le meilleur titre de l'album et véritable bijou ! Finement travaillée, elle associe de façon délicieuse la touche synthé poussée et ultra- puissance des basses tout en ne négligeant pas l'accompagnement vocal surpuissant. Si 'Kings of Clubs' continue dans la même verve, 'Heartseeker' est le petit signe de discontinuité dans l'album qui permet de retomber sur ses pattes et de noter à quel point l'album est bien ficellé, rompant ainsi avec la possible monotonie qu'affichent certains albums metal. 'Heartseeker' n'est pas une nerveuse mais ce n'est pas non plus une ballade à part entière, juste un savant mélange de death et de mélodique. On retourne aux fondamentaux avec Phobos Grip, on monte en puissance. Si 'Heartseeker' marquait un petit pont dans l'album, c'est Black Eyed Angel qui fait la totale jonction entre la première partie et la deuxième partie de Lust and Loathing. Aux débuts doucereux s'en suit un dynamisme vocal et atmosphérique. Si le titre rappelle 'Green Eyed Demon' de Hell Frost, il en reste d'autant plus fort. 'Hate (and Other Triumphs)' qui fait suite à 'Operation E.A.E.' et 'Boneyard' est d'une beauté vocale et s'inscrit comme la ballade de l'album. La qualité globale du morceau fait sortir le groupe de ses sentiers habituels et ce n'est pas pour nous déplaire. 'Hate' nous démontre que THE UNGUIDED est capable de bien plus que de produire quelques riffs de guitare et cris violents et termine sur des notes à nous en donner la chair de poule. 'Mercy'? Ne pas s'y fier, le titre est sans merci et reprend sur ses bases nerveuses pour ce morceau bonus qui ne va pas sans rappeler 'Denied' pour le rythme énergique de la batterie mais avec plus de violence. Après avoir conclu sur 'Judgment', autre titre bonus, le groupe décide de montrer tous ses atouts en live avec un 'Betrayer of the Code' version live. Avec des prestations à venir en Suède, Allemagne, Pologne, Autriche, République Tchèque et Pays-bas, il est certain que beaucoup verront en eux des concurrents aux meilleurs groupes suédois death metal mélodique en activité. Lors d'un entretien qu'ils nous a accordé, Rchard a tenu à nous livrer ses impressions à chaud de cette expérience :

Le concept de THE UNGUIDED a été le même depuis ses débuts, il y a plus de 5 ans maintenant. Lorsque nous avons formé le groupe, nous avions la vision d'en faire une trilogie d'albums , tous reliés à un concept lyrique et une thématique d'oeuvres d'art. 'Lust and Loathing' est le point culminant de ce rêve trilogie et la fin de l'histoire . L' histoire elle-même est vraiment une projection métaphorique de ce qui est arrivé dans ma vie et carrière musicale au cours d'une fenêtre de temps d'environ une décennie. Surtout en ce qui concerne le succès de Sonic Syndicate, comment il a commencé , ce qu'il a été, et comment cela s'est terminé. Tout est dépeint dans la trame de l'histoire et les personnages sont vaguement basés sur les relations humaines durant cette période. C'est le récit d'un combat constant en lequel vous croyez vraiment, et en partie une histoire d'amour également. Je crois que vous pouvez trouver tous les détails croustillants dans le livret de l'album.
Bien plus que de s'avancer sur les devants de la scène armés d'un album tonitruant, THE UNGUIDED nous livre un panel de titres qui ne peut que donner du bon son en live. Alors que les 5 suédois tenaient à marquer leur territoire avec la dernière pièce de leur puzzle trilogie, il semble qu'ils sont en réalité allés bien au-delà de cela. Pari réussi !

 (c) 2016 for VerdamMnis

INTERVIEW | Chris Corner IAMX English version


IAMX, the personal project of Chris Corner, formally known as the co-founder of the british trip hop band Sneaker Pimp, finally arrived at the end of Metanoia, a self-produced work and 6th album for the band. His taste for the music began then when he was still in his eighties and joined his ideas to Liam Howe’s aspirations to work together as a trip hop band. When they are joined under the name of Sneaker Pimp, by Kelli Dayton in which they saw an interesting contribution on vocals, and Joe Wilson and Dave Westlake for the instruments, Corner begins more and more interested in non-vocal music and start to flirt with music experiments and sophisticated beats. With the debut album, they instantly experience popularity especially within their specific trip hop genre. After three albums and a European tour opening for Placebo, Corner and colleagues decide to disband and announce in 2003 his new side project, IAMX. After releasing 5 solo albums and featured guest vocals for TNT Jackson, The Strike Boys or even Moonbootica, IAMX become a successful project that never really remained sticked a single genre but explored a myriad of music categories, crossing the lines of electronic rock and baroque ballads. If Chris Corner explores the society topics of sexual identity, decadence, religion, politics or even modern alienation in his early works under IAMX, his sixth album untitled Metanoia romantically roams around his latest experiences and misfortunes with depression, anxiety and insomnia. And it is, with a shared pleasure, that Paris has the opportunity this month to receive one of the most untypical and original current british artist of the independent rock scene.
Bonjour Chris, first of all, bienvenue à Paris. The Metanoia tour is currently being a blast Utrecht and Leipzig were sold out and IAMX seems to be quite famous and relatively well received especially in Germanic countries such as Netherlands or Germany with a lot of planned gigs (München, Köln, Hamburg, Berlin for instance). What do you expect from your concert here in Paris? Do you feel a special connection with Paris or are you here precisely to continue to introduce yourself to the French audience?
First, we’ve always have a special connection with Paris. I mean we’ve been here many times in the past. We’ve never had the chance to tour much in France but when we came to Paris, it’s been amazing. We played Brussels many times also as we have a special connection with the French speaking countries like Belgium and I think they have a kind of similar mentality there and a real connection with music. We’ve always had a great time.

And even as an English speaking artist
Yes, I don’t really know what it is but I think that IAMX has quite theatrical elements that can be culturally connected with the fans, that explains why everyone can identify with it.
That new album seems a bit more and more personal as it deals with your unfortunate experience with depression, anxiety and insomnia at the time. How do you perceive audiences’ response to it? Do you feel them confused or lost within your world or do they seem to understand, take part of it or maybe even identify with what you experienced?
I found an incredible amount of support from that. It was a period when I was struggling with the idea of talking about. It’s not always socially acceptable and comfortable for people to talk about it. But at some point, I realized that it was really important for me to discuss these issues, in particularly and specially right in this album ..
For you or for the audience?
For me first to be able to resolve these issues in a way. I mean you never really cure but it’s more about making friends with your demons. So once I decided to do that, I wrote a piece about my experiences and put it online. And many many people came out about how they had a kind of similar personal experiences and their support has been amazing. I think that so many people felt almost relieved that it has now been discussed because it’s always been in my music but not so openly, not privately, not so personally. It’s been amazing. It opened a brand new world of connections with my fans I think.
By the way, your ex-drummer on stage was Caroline Weber, right? To be recently replaced by Jon Siren, who worked in the past for dark electronic bands such as God Module or Psyclon Nine. You seemed to have been attracted by darkness for your new album tour. How do you explain your preference or motivations for Siren for the Metanoia Tour? Did you have a specific idea on mind for this tour?
Well, yeah, I think I wanted to add a little bit more heaviness to the sound live and he definitely brings that kind of heavy energy to the live performances, that has been great. We also took the guitars out for the live performances because the album is much more electronic compared to the other ones. To translate the music live we needed to add so more keyboards and synthesizer effect. So it kinda changed the sound naturally in a way I didn’t have really a vision about, that it had to be darker or whatever. The nature of the album made it. 
 You are a traveler. You travel for concerts, you travel for yourself. You come from England but moved to Berlin in Germany to finally end up in California. Don’t you struggle a little bit to fit your environment sometimes or do you create an inner world to yourself, slightly apart from the current trend of the country you are living in to continue to feel yourself ?

Yes, it’s exactly what it is. I think like I can be anywhere to be great. I’m very lucky that I can move around and find different places, have different experiences and different cultures. I mix myself in different cultures. It’s something that has always been in me that I’ve never been totally settled. I’m a little bit of a gypsy. My mum was like that, I’ve always been searching for new places, new experiences and new people. So it feels good, it feels natural to me. I don’t really need this home feeling. For me home is and can be anywhere. Really. And that’s why I’ve never really settled down. At the moment, my home is that bus over there (pointing at the tour bus parked at the sandy car park) and it feels pretty good (laughs). Tonight, my home is at the Cabaret Sauvage.
So you’re never homesick?
Not really. The only thing I'm a little bit missing at the moment is my dog. I have a dog in Los Angeles.
Never travelling with you?
No, no, she doesn’t. Not at the moment.
Oh she! She’s a female ..!
Yes and she’s wonderful. She’s called Paula. She’s a Pomeranian. She’s really really nice. So I sort of fell in love with her and I miss her very very much.
Is that gypsy side you mentioned earlier the reason why your music is so theatrical?
It is I think. My mum was a very emotional person, a very feeric person and I get that from her, to be a kind of extraverted and also playing with dressing up and theatrical visual elements. It’s something I’ve always loved. It helps me to express another side of my personality. But it’s not really playing a role, it’s more just about bringing out another level of my personality. We’re all multidimensional beings, we all have many different sides. I got a chance to explore my extraverted one and it is satisfying.
Is it a therapy for you to explore all the sides of your own personality?
Hum, yeah it is. Music is therapy. I think art is generally a therapeutic process. It can be emotionally turbulent sometimes but over all I feel very proud to do that.

You love travels and use abroad as a complementary inspiration for your music. Do you think that foreign cultures would always be a good contribution to music and art in general of an artist? Don’t you think that foreign cultures may lead the artist’s works to lose a part of its former identity? You, for instance, as an English artist ..
I never felt totally connected with England. My grandfather is from a place called the Seychelles that is a French colony actually so as a colored person, he had to struggle when he came to England where he grew up when he was really young. So I come from a very multicultural family and the Seychelles have been probably the place I felt the most at home. England? I’ve never felt that patriotic about that place, it’s never been a big part of me, I don’t miss it.
On the question surrounding Britishness, media often declare that british nationalism or patriotism does not really exist, what do you think as an English art contributor?
I think it exists in pockets and English people are actually quite proud to be English. But the English mentality is genuinely more apologetic and it’s actually more a working class thing in England. But it’s not really a big issue because it’s also a very multicultural country and there always have been many different cultures in England. It’s very normal for them so it doesn’t have a specific identity and England actually has quite lost its identity. But I’ve never been really indulged in that sort of things, I’m not really political either.
But you can't deny that you talk about politics sometimes in your art..
I do! I do it in an observation sense and the way it affects me. I mean I am concerned by political affairs but not as an activist, I would never be so openly activist about it. I’m an observer and it’s my responsibility and my duty to talk about it from a private perspective but not in a perspective of being an activist because I think I would be hypocritical to talk about it that way.
But in a certain way, you are an activist through your art..
Yes I am! But that’s up to others to make decisions about what they do with it.
More on a social side than political?
Exactly, yes !
By the way, what are the main differences you noted between England, Germany and America?
Positivity! (laughs) It’s definitely a more positive attitude in America than in Germany. It’s really different in the approach. The German directness is also great and it was great for me when I was living in Berlin because as an English person, I used to struggle with being direct..
Because you’ve used to have to measure your words..?
Yes, exactly! Being English is always about measuring words while Germans are very direct and it can be quite refreshing in a way. But over time, it definitely became too much. The American way is more relaxed and less judgmental. There’s more support for individuals. There’s a lot of freaks in America (laughs) and it’s very normal. They’re not judgmental that much, specifically in the big cities.
Ok! In the end, what are your main wishes or projects for next year on a musical level?
I think we will continue de promote the album and try to see if it can get a few more people. I’d like, at some point, to do an acoustic album. I think it would be quite nice because a lot of the songs that I write require traditional instruments. It’s something that it hasn’t quite happened yet but I’ve been thinking about for many years but that would be something for the future. In Los Angeles, I have a few friends who might do an electronic instrumental collaboration. And, well .. I'd like.. just have a good life ! ‘
(c) november 15th 2015 for VerdamMnis

INTERVIEW | Chris Corner IAMX



IAMX, le projet personnel de Chris Corner qui s'illustra notamment en tant que co-fondateur du groupe de trip hop anglais SNEAKER PIMPS, arriva finalement à terme de Metanoia, une œuvre auto-produite et sixième album du projet. Si Chris Corner aborde des sujets de société comme l'identité sexuelle, la décadence, la religion, la politique ou encore l'aliénation moderne très tôt dans ses œuvres d'IAMX, son sixième album intitulé Metanoia vagabonde romantiquement autour d'expériences plus personnelles et de mésaventures faites de dépression, d'angoisse latente et d'insomnies. Et c'est avec un plaisir partagé que Paris eut l'opportunité de recevoir ce mois un des artistes les plus atypiques et originaux de la scène indépendante anglaise, en toute sincérité.

Le Metanoia tour est actuellement un véritable succès. Utrecht (Luxembourg) et Leipzig (Allemagne) ont affiché guichets fermés et IAMX semble être plutôt connu et relativement bien reçu notamment dans les pays germaniques. Qu'attends-tu de ce concert à Paris ? Ressens-tu une connexion particulière avec Paris ou es-tu ici précisément pour continuer de conquérir le public français ?
Chris : Tout d'abord, nous avons tout de même une relation spéciale avec Paris. Je veux dire, nous sommes déjà venus ici plusieurs fois par le passé. Nous n'avons jamais eu l'opportunité de passer plus souvent par la France mais à chaque fois que nous l'avons fait, ça a été super ! Nous avons joué à Bruxelles pas mal de fois également et je pense que nous ressentons une sorte de connexion particulière avec les pays francophones telle que la Belgique, d'autant plus que les belges ont une mentalité assez similaire à celle des Français et qu'ils ont un vrai goût pour la musique. Cela a toujours été un bon moment en tout cas.

Même en tant qu'artiste de la langue anglaise ?
Chris : Oui, je ne sais pas d'où cela vient exactement mais je pense qu'IAMX emprunte des éléments au monde théâtral qui peuvent culturellement relier le groupe à ses fans, ce qui explique qu'ils peuvent ainsi s'identifier au groupe par la même occasion.

Ce nouvel album semble plus personnel que ces prédécesseurs puisqu'il aborde le sujet de tes expériences malheureuses, ta dépression, tes crises d'angoisse et d'insomnie. Comment perçois-tu les réactions du public ? Les sens-tu perplexes voire perdus dans ton monde si particulier ou semblent-ils, au contraire, te comprendre, prendre part à la chose voire s'identifier à ce que tu as pu vivre ?
Chris : J'ai rencontré un soutien incroyable de la part du public. Tout s'est passé à une période délicate de ma vie, lorsque je luttais avec l'idée d'en parler. Ce n'est habituellement pas bien vu par la société ni confortable pour les gens de parler de ce genre de choses. Mais d'une certaine manière j'ai réalisé qu'il était important pour moi de discuter de ces problèmes, et plus particulièrement dans ce nouvel album.

Pour toi ou pour tes fans ?
Chris : Pour moi avant tout, afin d'être en mesure de résoudre mes problèmes en quelque sorte. Je veux dire... On ne peut réellement guérir de cela mais il s'agit surtout de faire la paix avec ses propres démons. Du coup, dès que je me suis décidé à le faire, j'ai commencé à écrire sur mes expériences et j'ai tout mis en ligne. Des tonnes de personnes sont venues me dire qu'elles étaient elles-mêmes victimes d'expériences similaires. Et leur soutien a été extraordinaire. Je pense que plein de gens se sont sentis presque soulagés que le sujet soit enfin abordé parce qu'il a toujours été présent dans ma musique mais pas si ouvertement, pas de façon si privée et personnelle. C'est génial, cela a ouvert un tout nouveau panel de liens tissés avec mes fans je pense.

Par ailleurs, tu as récemment remplacé ton batteur par Jon Siren (God Module, Psyclon Nine), qui a une façon de jouer très dark, heavy. Tu sembles avoir été attiré par la noirceur pour ce nouvel album et sa tournée. Comment expliques-tu cette préférence et tes motivations pour Siren sur cette tournée ? Avais-tu une idée particulière en tête lorsque tu l'as choisi ?
Chris : Eh bien oui, je pense que je voulais ajouter un peu plus de poids au son live et Jon a véritablement su apporter cette sorte d'énergie heavy aux performances, ce qui a été une bonne chose. Nous avons également supprimé pas mal de guitares sur les lives parce que cet album est largement plus électronique comparé aux précédents. Pour retranscrire le son en concert dont nous avions besoin, il fallait ajouter plus de claviers et d'effet de synthétiseur. Du coup, ça a changé le son de manière naturelle. Je n'ai pas eu une vision plus sombre ou autre au préalable. La nature même de l'album s'est chargée de ça.

Tu voyages énormément, pour tes tournées et pour toi-même. Tu viens d'Angleterre mais a vécu à Berlin en Allemagne pour finalement atterrir en Californie. N'as-tu pas un peu de mal à t'adapter à ton environnement à l'étranger ou crées-tu un micro-monde, légèrement à l'écart du courant culturel du pays dans lequel tu vis afin de continuer de te sentir toi-même ?
Chris : Oui, c'est exactement ça. Je pense que je peux me sentir bien n'importe où. Je me sens vraiment privilégié du fait de pouvoir bouger un peu partout, explorer différents endroits, jouir d'expériences et de cultures différentes. Je me noie dans ces différentes cultures. C'est quelque chose que j'ai toujours eu en moi, de ne jamais ressentir le besoin de m'installer. Je suis une sorte de gitan. Ma mère était déjà comme ça. J'ai toujours recherché de nouveaux points de chute, de nouvelles aventures, de nouveaux profils humains. Donc, ça me va, ça me semble naturel. Je ne ressens pas vraiment le besoin d'avoir un chez-moi. Pour moi, le foyer peut être n'importe où. C'est la raison pour laquelle je ne me suis jamais réellement installé. Pour le moment, mon chez-moi, c'est ce tour bus là-bas (pointant du doigt le tour bus garé un peu plus loin sur le parking ensablé du Cabaret Sauvage) et c'est une sensation plutôt agréable (rires). Ce soir, ma maison, c'est le Cabaret Sauvage.

Donc, ton foyer ne te manque jamais ?
Chris : Non, pas vraiment. La seule chose qui me manque un peu à l'heure actuelle, c'est mon chien qui m'attend à Los Angeles.

Qui ne voyage jamais avec toi ?
Chris : Non, non. Elle ne fait pas le voyage. Pas pour le moment.

Oh 'elle' ! C'est une femelle !
Chris : Oui et elle est merveilleuse. Elle s'appelle Paula. C'est un spitz nain. Elle est vraiment très très jolie, j'en suis en quelque sorte tombé amoureux et elle me manque énormément.

N'est-ce pas le côté gitan dont ton parles qui explique le côté tant théâtral de ta musique ?
Chris : Oui, je pense que ça y est pour quelque chose. Ma mère était une personne très émotive, avec un goût pour la féerie dont j'ai hérité ; ce côté extraverti, le goût pour le déguisement et les éléments visuels théâtraux. C'est quelque chose que j'ai toujours aimé. Cela m'aide à exprimer une autre facette de ma personnalité. Il ne s'agit pas réellement de jouer un rôle, mais davantage de s'élever à un autre niveau de ma personnalité. Nous sommes tous des êtres multidimensionnels, nous avons tous différentes facettes. J'ai eu la chance d'explorer mon côté extraverti et j'en suis assez satisfait.

Est-ce une thérapie pour toi d'explorer toutes ces facettes de ta personnalité ?
Chris : Hum, oui, un peu. La musique est une thérapie. Je pense que l'art est généralement un procédé thérapeutique. Un procédé qui peut être émotionnellement turbulent parfois mais en dépit de tout, je suis assez fier de pouvoir le faire.

Tu aimes voyager et utilises tes expériences comme source d'inspiration pour ta musique, Penses-tu que les cultures par-delà le monde sont toujours une contribution positive pour la musique et l'art en général ? Ne penses-tu pas que cela pourrait amener l'artiste et son ?uvre à perdre une part de son identité originale ? Toi, par exemple, en tant qu'artiste anglais ?
Chris : Je ne me suis jamais totalement senti lié à l'Angleterre. Mon grand-père vient des Seychelles, qui sont d'ailleurs une ancienne colonie française, n'est-ce pas ? Donc, en tant que personne de couleur, il a dû faire face aux difficultés lorsque, très jeune, il est arrivé en Angleterre où il a grandi. Par conséquent, je viens d'une famille déjà multiculturelle et les Seychelles ont probablement été l'endroit où je me suis senti le plus chez moi. L'Angleterre ? Je n'ai jamais vraiment ressenti la moindre verve patriotique envers ce pays, cela n'a jamais représenté une grande partie de moi, L'Angleterre ne me manque pas.

Sur la question du sentiment anglais (Britishness), les médias déclarent souvent que le nationalisme et patriotisme anglais n'existent pas réellement. Qu'en penses-tu, en tant que contributeur à l'art anglais ?
Chris : Je pense qu'il en existe des poches mais que les anglais sont en réalité plutôt fiers d'être anglais. Cependant, c'est davantage un sujet qui touche la classe ouvrière en Angleterre. Cela reste un sujet trivial parce que c'est un pays très multiculturel et il y a toujours eu pas mal de cultures différentes en Angleterre. C'est quelque chose de tout à fait normal pour eux et cela n'a pas besoin de se traduire dans la formation d'une identité spécifique. En réalité, l'Angleterre a en quelque sorte perdu son identité de toute façon. Mais bon, je n'ai jamais véritablement flirté avec ce genre de sujets, je ne suis pas plus politicard que ça.

Mais tu parles tout de même parfois de politique dans ton art...
Chris : J'en parle ! Je le fais d'un point de vue de l'observation et de la façon dont cela m'affecte. Je me sens concerné par les affaires politiques mais pas en tant qu'activiste politique car je ne serai jamais ouvertement activiste à propos de quoi que ce soit qui soit politique. Je suis un observateur et il est de ma responsabilité et mon devoir d'en parler sous un angle privé et non pas en tant qu'activiste car je pense qu'il serait assez hypocrite pour ma part d'en parler sous cet angle.

Mais tu ne peux nier que, d'une certaine façon, tu es un activiste à travers ton art ?
Chris : Oui, je le suis ! Mais après, c'est aux autres de décider de ce qu'ils en font.

Donc tu es davantage un activiste social que politique ?Chris : Exactement, oui !

Quelles ont été les différences que tu as relevées entre l'Angleterre, l'Allemagne et les Etats Unis ?
Chris : La positivité ! (rires) En Amérique, l'attitude est véritablement plus positive qu'en Allemagne. Les américains affichent une approche totalement différente de leur quotidien. La droiture et la franchise allemande sont également de bons points et j'ai bien fait d'en profiter lorsque j'habitais à Berlin parce qu'en tant qu'anglais, j'ai l'habitude d'être critiqué pour ma franchise...

Parce que tu te devais de mesurer tes propos ?
Chris : Oui, exactement ! Être anglais, c'est toujours mesurer ses propos tandis que les allemands sont des gens très directs ce qui est plutôt rafraîchissant en quelque sorte. Mais le temps passant, c'est devenu trop pour moi. L'attitude américaine est plus détendue et moins portée sur le jugement. Il y a plus de soutien et de compréhension envers les individualités. Il y a pas mal de phénomènes insolites en Amérique (rires) et ça paraît normal. Ce ne sont pas des gens qui jugent facilement, surtout dans les grandes villes.

Quels sont tes principaux v?ux et projets pour l'an prochain sur le plan musical ?
Chris : Je pense que nous allons continuer de promouvoir l'album et voir s'il peut trouver du répondant auprès d'autres personnes. J'aimerais bien à un moment ou un autre m'atteler à un album acoustique. Je pense que ce serait pas mal parce que bon nombre de chansons que j'écris requiert des instruments traditionnels. C'est quelque chose qui n'est encore jamais arrivé mais j'y pense depuis pas mal d'années et il serait bon de le faire dans un futur proche. A Los Angeles, j'ai une poignée d'amis qui pourrait alimenter une collaboration instrumentale électronique. Bon et après, mon vœu serait de juste mener une vie agréable !



 (c) 21 novembre 2015 pour VerdamMnis